Preacher saison 1: Âmes pieuses s’abstenir


Preacher

@AMC

La chaîne AMC aime les comics. Ce n’est pas la seule. Il n’y a aujourd’hui plus assez de doigts pour compter le nombre d’adaptations télévisuelles : Gotham, Daredevil, Arrow, Flash, Iron Fist…. L’industrie toute entière semble s’être lancée bon gré mal gré dans une entreprise de diffusion de tous les titres Marvel et DC Comics pas assez prestigieux pour mériter le grand écran.

Mais AMC ne fait pas dans le super-héros en cape et collants. Lorsqu’AMC adapte une bande dessinée, elle en choisit une avec des zombies. Et quand le stock de mort-vivants est épuisé (ou profondément ennuyeux), la chaîne câblée se rabat sur le pasteur le plus badass du Texas : Jesse Custer.

Preacher

@AMC

Créée en 1995 par Garth Ennis et Steve Dillon, la bande-dessinée Preacher narre les aventures d’un pasteur désabusé perdu dans un petit patelin oublié de Dieu dont la stupidité de ses habitants ferait la fierté de Donald Trump. La vie de Jesse Custer prend un nouveau tournant lorsqu’une force spirituelle échappée des cieux décide de le posséder. Il acquiert alors le pouvoir de soumettre n’importe qui à sa volonté par la seule force de sa voix, talent qu’il va mettre à profit pour ramener un peu de foi dans le cœur de ses paroissiens. Mais les voies du Seigneur sont impénétrables et tout ne va pas se passer comme prévu…

Irrévérencieuse est un terme trop faible pour qualifier cette série déjantée bourrée d’humour noir. Les habitants d’Annville ne sont pour la plupart pas des enfants de chœur, à commencer par le pasteur lui-même, braqueur repenti employant la fracture de bras comme technique d’évangélisation. Les cœurs fragiles devront d’ailleurs s’accrocher car le gore est bien souvent au rendez-vous et l’hémoglobine mériterait presque une accréditation au générique.

Avec son meilleur ami Cassidy, un vampire irlandais, et Tulip, ex-petite-amie gangster à la gâchette facile, Jesse Custer s’engage contre vents et marées dans une lutte pour ramener la lumière divine dans les plaines de l’Amérique profonde. Bien que lui-même doute constamment de l’existence de Dieu. Cette première saison voit s’enchainer les drames provoqués par le pouvoir du pasteur, et les tentatives plus ou moins glorieuses pour les réparer.

Preacher

@AMC

Preacher est un univers cynique peuplé de personnages hauts en couleurs, pour ne pas dire des monstres de foire. Le jeune Eugène « Arseface » (« Tronchdecul » en français, je vous laisse découvrir pourquoi…), des anges de seconde zone paumés dans un motel miteux, un maire à l’incompétence inégalable, un sociopathe PDG d’abattoirs bovins … Une atmosphère acide et rafraichissante couplée à une intrigue qui ne ménage pas le sacré. À ne pas mettre devant les yeux d’un vrai pasteur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *