Stranger Things: Les 80’s à la sauce Netflix


Stranger Things

@Netflix

Le cinéma est souvent une histoire de frères: les Lumière, les Coen, les frères sœurs Wachowski, les Dardenne… Avec Stranger Things, la mode semble s’être propagée aux séries: en seulement 8 épisodes, les créateurs Matt et Ross Duffer viennent de transformer leur lien de sang en marque de fabrique. Les Duffer Brothers, comme ils se nomment eux-mêmes, sont à l’origine d’une petite pépite sortie l’été dernier sur Netflix.

Nous sommes en 1983 à Hawkins, petite ville de l’Indiana. Will Byers, 12 ans, rentre chez lui après une soirée-jeu de rôle avec ses meilleurs amis lorsqu’il disparaît dans de mystérieuses circonstances. Ses camarades, sa famille et le chef de la police vont chacun à leur manière tenter de le retrouver. Apparaît alors une étrange gamine aux talents particuliers qui pourrait bien être la clé du mystère.

Stranger Things, c’est les Goonies qui ont rencontré Spielberg et Stephen King. À mi-chemin entre l’horreur, la science-fiction et l’enquête criminelle, la série multiplie les clins d’œils à la pop culture. C’est l’œuvre de deux gosses élevés dans les années 80 qui jouent avec les thèmes de leur enfance: complots gouvernementaux, monstres dans les bois, quatrième dimension,… C’est aussi l’histoire de la première génération de geeks, celle qui n’a pas grandi avec Internet mais débordait d’imagination.

À l’âge des reboots mal inspirés (bonjour le Jumanji avec Dwayne Johnson…), les Duffer Brothers prouvent qu’il est possible de piocher dans le vieux pour faire du neuf. Rendre hommage ce n’est pas pondre une pâle copie de l’original ou un empilement mécanique de références. C’est s’approprier un héritage culturel et le remodeler pour donner naissance à son propre univers.

Stranger Things

@Netflix

Stranger Things

@Netflix

Stranger Things est portée par l’interprétation de ses comédiens, que ce soit une pointure du genre fantastique comme Winona Ryder (Beetlejuice, Edward aux mains d’argent) dans le rôle de la mère déterminée, ou les petits prodiges qui forment la bande de geeks la plus cool de l’Indiana. Mention spéciale pour la jeune Millie Bobby Brown, dans le rôle principal d’Eleven, dont la maturité du jeu d’acteur est une vrai leçon pour certains de ses confrères adultes.

Une série à la fois old school et rafraîchissante, c’est l’équation qu’ont su résoudre les jumeaux Duffer. On espère la même qualité pour la saison 2, prévue pour le 31 octobre de cette année. Vivement Halloween.

Stranger Things saison 1 (8 épisodes). Netflix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.