Vikings saison 4: L’esprit Ragnar


Vikings - Ragnar

@History

(Bilan de la saison 4, donc à ne pas lire si vous n’avez pas vu les derniers épisodes…)

Il y a quelques semaines s’achevait la quatrième saison de Vikings. Ceux qui ne l’ont pas visionné sont une fois de plus encouragés à repasser plus tard. Bon. Si vous êtes toujours là vous savez à quoi vous attendre, ne venez pas vous plaindre.

.

.

Le roi semi-légendaire Ragnar Lodbrok n’est plus.

Au début, il semblait que la série ne pouvait exister sans ce personnage tant il en était le centre névralgique. Mais au fil des épisodes la vraie question ne fut plus de savoir si la série pouvait survivre à la mort de Ragnar mais comment elle allait le faire. Le créateur Michael Hirst, à qui l’on doit Les Tudors, a plusieurs fois joué avec la mort présumé de son personnage principal, lors du premier siège de Paris par exemple, pour mieux le ressusciter. Le départ de Ragnar pour le Valhalla semblait peu à peu inéluctable et il fut au final traité avec élégance, laissant au héros le temps de faire ses adieux à ses amis, ses ennemis et aux téléspectateurs. On n’aurait de toute façon pu licencier un viking comme un vulgaire animateur de jeux TV.

Ragnar ne se limite pas à la performance, irréprochable, de Travis Fimmel. Le personnage physique repose au fond d’une fosse à serpent quelque part en Northumbrie. Mais son fantôme hantera certainement la série jusqu’au dernier épisode de l’ultime saison. Qu’est-ce que Ragnar ? Ragnar est le contre-courant, le précurseur, celui qui repousse les frontières. C‘est un état d’esprit. Le Ragnar se retrouve dans toutes les époques et toutes les civilisations. C’est celui, ou celle, qui s’affranchit des normes de son peuple, qui innove et défie les dieux, qui passe pour un fou car il souhaite naviguer vers l’ouest plutôt que vers l’est.

Par cette définition, les fils de Ragnar ne sont pas tous égaux face à leur patrimoine génétique. Sigurd était l’anti-Ragnar, un viking moyen sans grandes idées ni ambitions. On se demande d’ailleurs pourquoi Hirst a décidé d’accorder une fin aussi prématuré à celui qui fut surnommé Oeil de Serpent et qui, historiquement, régna sur une belle portion de la Scandinavie et engendra une belle descendance. Ubbe et Hvitserk ne semblent, pour l’instant, pas à la hauteur. Les deux vont se trouver écrasés entre les deux géants que sont Bjorn et Ivar.

Vikings - Fils de Ragnar

@History

Bjorn Côtes-de-Fer est à première vue l’héritier parfait de son père. Il partage sa soif de découvertes qu’il prolonge en Méditerranée et s’est imposé comme un valeureux guerrier. Il a en sa faveur le sens rationnel de sa mère qui faisait parfois défaut à Ragnar et une maturité que n’ont pas acquis ses demi-frères. Sa réputation n’est plus à faire et en tant qu’ainé il sait que son heure est venu.

Ivar le cadet a de son côté tout à prouver. Infirme, arrogant, colérique, le jeune homme n’en a pas moins prouvé en quelques épisodes une intelligence supérieure à la moyenne, et son père a lui-même vu en ce garçon instable son double rajeuni, un véritable héritier. Mais le vieux nordique s’est peut-être mépris car si Ragnar avait la folie des grandeurs, Ivar a la folie. Point. Il accomplit ainsi ce que ni le père ni l’oncle Rollo n’ont pu se résoudre à commettre : le fratricide. Reste à savoir comment cet acte va faire évoluer la position du fils Lodbrok au sein de la Grande Armée. La route est longue pour le Désossé.

Même sans Ragnar, la série gardera son attrait par la question qu’elle pose: comment être l’héritier d’une légende? Et cette question ne se pose pas uniquement aux quatre fils survivants, mais aussi à Lagertha et Floki, au nouveau roi Aethelwulf et au prince Alfred. Tous devront se montrer à la hauteur des légendes que furent Ragnar, Egbert et Athelstan s’ils veulent écrire leur propre histoire.

Ragnar est mort. Longue vie aux Ragnar.

Vikings saison 4 (20 épisodes). History.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *